TdHL et AMAP relèvent un nouveau défi pour le quartier de Bella Vista Oeste à Rosario (Argentine)!

_______________________________________

Depuis le 1er mai 2020, TdHL et AMAP relèvent un nouveau défi pour le quartier de Bella Vista Oeste à Rosario (Argentine)! Il s’agit du nouveau projet de 3 ans, soutenu par le Ministère des Affaires étrangères du Luxembourg et l’ensemble des donateurs, qui a pour objectif central de renforcer la présence d’AMAP dans l’une des zones les plus défavorisées de la ville de Rosario.

Le point fort de ce nouveau projet est la mise en place d’un « cabinet social ». Ce nouveau service de type « guichet unique » a pour vocation de subvenir professionnellement aux situations les plus graves qui affectent la population du quartier, comme la maltraitance des enfants, les addictions, les problèmes de santé mentale, les handicaps graves, l’indigence, la violence sexiste et la violence familiale. 

Si ces problèmes existent depuis longtemps et ont été aggravés par la crise économique, ils seront sans doute amplifiés par les effets de la pandémie qui paralyse actuellement la vie économique et touche en premier lieu les personnes les plus vulnérables, comme ceux qui ont un emploi informel ou sont sans travail. 

Ce nouveau projet se donne également pour objectif de former des adultes à des métiers de services s’inscrivant dans la durabilité, ce qui doit leur permettre de créer leur propre entreprise, dans un concept respectueux de l’environnement.

Les enfants et les jeunes du quartier continueront à profiter du jardin d’enfants, de la bibliothèque, du club et des nombreuses activités soutenues par AMAP qui pourront être reconduites dès la fin de l’isolement social décrété obligatoire au niveau national. En attendant, AMAP continuera à soutenir les personnes dans le besoin en livrant des paniers alimentaires et en prenant en charge les cas les plus complexes.

Enfin, ce nouveau projet inclut le centre de résidence pour enfants géré par AMAP. Cet espace de protection accueillant les enfants de 3 à 6 ans, dont les droits ont été violés, continuera à être un lieu de restitution des droits, d’affection, de protection, de stimulation et de préparation à la réinsertion familiale. AMAP prendra le plus grand soin de leur scolarisation, de leur santé et de leurs loisirs, en pourvoyant autant à leurs besoins matériels qu’émotionnels.

Pour mener à bien ce projet, AMAP dispose d’une vaste équipe composée de son personnel, mais aussi de collaborateurs, des institutions de quartier et de l’Etat, sans oublier les amis luxembourgeois qui connaissent le travail accompli depuis près de 30 ans au bénéfice de la communauté. AMAP remercie chacun pour son soutien et s’engage à continuer à avancer !

Certification « Keeping Children Safe »


Terre des Hommes International Federation a obtenu la certification « Keeping Children Safe, Level 1 » qui confirme qu’un cadre complet de protection des enfants est en place, qu’il répond aux normes de protection des enfants et qu’il y aura une réponse appropriée à toute préoccupation qui pourrait survenir.


Terre des Hommes Luxembourg est membre associé de Terre des Hommes International Federation


Visite de nos projets au Nicaragua du 03 au 13.03.2020


De retour au Luxembourg, la présidente et la gestionnaire de projets de Terre des Hommes Luxembourg remercient toute l’équipe d’Inhijambia et de FODI pour l’accueil chaleureux qui leur est toujours réservé lors des visites de suivi de nos projets ! Nous avons pu nous rendre compte sur place du travail assidu et pertinent de nos deux partenaires locaux.

Avec leurs activités éducatives quotidiennes dans deux Centres d’Accueil à Managua et dans les zones les plus vulnérables du Mercado oriental, les psychologues et éducateurs/trices d’Inhijambia apportent de l’amour, du respect et de l’espoir aux enfants les plus démunis, ainsi que l’envie d’étudier pour se construire un avenir meilleur. Merci aux enfants pour les émouvants spectacles de danse folklorique, de musique et de chant, pour leurs sourires et leur reconnaissance.

Les responsables de FODI (Formation et Développement Intégral) nous ont fait visiter, à Managua et dans les zones rurales marginalisées, des ateliers de cours de formation technique professionnelle condensés, adaptés aux besoins du marché du travail informel : couture, cuisine, coiffure, pâtisserie, décoration, maçonnerie, réparation de téléphones portables et de motocyclettes. Grâce au soutien financier de Terre des Hommes et de la Coopération luxembourgeoise, FODI peut équiper 7 Centres de formation technique professionnelle, répartis dans différentes régions du Nicaragua, avec du matériel pédagogique et de l’équipement technique nécessaire. Les cours sont bien fréquentés et certifiés par un diplôme reconnu.



Newsletter Janvier 2020

Sans votre confiance et votre aide généreuse en 2019 nos activités en faveur de l’enfance la plus démunie en Argentine, en Equateur et au Nicaragua n’auraient pas pu être réalisées. Nous vous remercions chaleureusement et nous espérons pouvoir compter sur votre intérêt et votre appui en 2020. Les défis restent nombreux, nous ne nous croiserons pas les bras!


Deux membres de TdHL ont visité l’AMAP


Des représentants de l´ONG Terre des Hommes Luxembourg (TdHL) ont visité l´AMAP dans le cadre du Projet de Coopération Internationale que les deux entités, avec le Ministère des Affaires Etrangères du Luxembourg, maintiennent depuis avril 2017 et à travers lequel des services sociaux d´éducation, santé, formation professionnelle, culture et loisirs sont fournis à plus de 2000 enfants, jeunes et adultes du quartier Bella Vista Oeste.

Marie Laure Mir, vice-présidente de TdHL, et Angélique Brosset, gestionnaire de projet, ont visité les différents sites de l´institution et partagé diverses activités avec les bénéficiaires. La visite a également permis d´approfondir la planification du nouveau projet de coopération qui débutera en 2020 et durera trois ans.

L´importance de cette alliance entre Rosario et Luxembourg a été soulignée par des journalistes locaux renommés, tels que Susanza Manzelli (Canal 5), Florencia Calvo (Somos Rosario), Alejandro Vena (AM 830) et Nora Nicotera (Radio Clásica), qui ont diffusé non seulement le travail du TdHL en ville mais également les concepts fondamentaux du travail social de l´AMAP, pilier du soutien social des personnes les plus vulnérables.


Protection de l’enfant


Terre des Hommes Luxembourg (TdHL) a renforcé son engagement en faveur de la protection de l’enfant, engagement qui est toujours nécessaire dans le cadre de son statut de membre associé de Terre des Hommes Fédération Internationale. TdHL considère avoir l’obligation d’assurer la protection des enfants qui sont concernés par la mise en oeuvre de ses projets de coopération au développement au Nicaragua, en Equateur et en Argentine. Il s’agit de mettre en oeuvre une disposition de la Convention des Nations Unies relative aux Droits de l’Enfant qui porte sur « la protection de l’enfant contre toute forme de violence, d’atteinte ou de brutalités physiques ou mentales, d’abandon ou de négligence, de mauvais traitements ou d’exploitation, y compris la violence sexuelle ».


Crise sociopolitique et économique au Nicaragua


Depuis une dizaine d’années, TdHL soutient des projets sociaux au Nicaragua, avec le cofinancement du MAEE, pour assurer une attention socio-éducative, psychologique et médicale à des enfants et jeunes en situation de pauvreté extrême, menacés par l’addiction, la violence intrafamiliale, l’abus sexuel, la violation de leurs droits. TdHL et notre partenaire local Inhijambia ont tissé des liens étroits de confiance et de collaboration. Les projets sont menés efficacement et en toute transparence. La qualité du suivi est garantie par un superviseur externe indépendant qui connaît à la fois les coutumes locales et les exigences de la Coopération internationale.

Le Nicaragua, un des sept pays partenaires de la Coopération luxembourgeoise, a été considéré longtemps comme un des pays les moins violents d’Amérique Centrale, après de longues années de guerres civiles sanglantes, une politique d’ingérence des Etats-Unis et les combats de libération, menés par le Front Sandiniste de Libération nationale FSLN. Malgré la supposée sortie de la pauvreté après la fin de la dictature sanglante de Somoza en 1979 et l’arrivée au pouvoir du FSLN, le Nicaragua est resté jusqu’à présent le deuxième pays le plus pauvre d’Amérique latine.

Depuis le 18 avril 2018, voilà le Nicaragua plongé dans une violente crise sociopolitique et économique, dont une solution pacifique n’est pas prévisible. Pour pallier la faillite de l’Institut national de la Sécurité sociale, le Gouvernement Ortega avait annoncé, en avril 2018, une augmentation des cotisations pour les retraités, tout en réduisant les pensions déjà rachitiques. Cette mesure a provoqué des manifestations spontanées d’étudiants universitaires. La répression violente par le Gouvernement a eu comme suite une véritable insurrection populaire. Des milliers de Nicaraguayens se sont solidarisés et ont manifesté leur mécontentement à travers le pays, réclamant des élections avancées de 2021 à 2019 et dans l’immédiat la chute du régime autoritaire et peu transparent du Président sandiniste Daniel Ortega, à la tête du pays depuis 12 ans sans interruption, et de son épouse, la Vice-présidente Rosario Murillo.

Le climat sociopolitique au Nicaragua s’était envenimé déjà longtemps auparavant: le projet de la construction d’un canal transocéanique à travers le Lac Nicaragua avec des conséquences néfastes pour l’écologie et l’environnement, le déplacement forcé des populations indigènes, les injustices sociales et salariales, la corruption et le détournement de fonds publics en faveur d’entreprises privées contrôlées par le clan familial Ortega-Murillo, la répression de la liberté de presse, la manipulation de la Constitution pour permettre à Ortega de se présenter à une 3ème élection, le taux de chômage croissant et l’émigration forcée par des raisons économiques.

Les barricades de rue et les manifestations ont été et sont toujours réprimées brutalement, surtout par des « turbas sandinistas », des groupes paramilitaires masqués et armés sur lesquels le Gouvernement s’appuie et qui agissent en totale impunité envers les manifestants. Depuis avril 2018, les affrontements ont pris de l’ampleur et ont entraîné la mort de plus de 400 personnes, plus de 2.000 blessés, des centaines de détentions arbitraires et 30.000 personnes émigrées au Costa Rica et au Panama parce qu’ils sentaient leurs vies menacées. Le pays est au bord de la faillite étatique. La liste des victimes de ce conflit s’allonge à l’heure actuelle, le peuple nicaraguayen réclame justice et paix. Ce conflit sanglant n’est pas à la une de la presse internationale ou disparaît dans la foule de conflits internationaux actuels.

Le dialogue mené entre le Gouvernement et l’Alliance citoyenne pour la justice et la démocratie, avec la médiation de l’Eglise catholique et du patronat, est resté sans résultats à présent. Pour maintenir le pouvoir et gagner du temps, Ortega joue un double rôle : il propose le dialogue et fait écraser le désaccord dans la rue !

Par un communiqué du 20.7.2018, les Ministres Jean Asselborn et Romain Schneider ont exprimé leur vive préoccupation face à la détérioration de la situation au Nicaragua. Les fonds de l’’aide bilatérale du Luxembourg au Nicaragua ont été gelés jusqu’au retour du respect des droits humains par le Gouvernement Ortega.

Dans un contexte de violation des droits humains et d’incertitude pour l’avenir, le travail socioéducatif de nos partenaires nicaraguayens a pris une très grande envergure. Les jeunes bénéficiaires, dont beaucoup ont déjà subi la violence et l’abus sexuel intrafamiliaux, sont souvent témoins de scènes de violence, d’arrestations arbitraires et de massacres dans les rues. Durant ces huit mois de conflit des dizaines de milliers de personnes ont perdu leur emploi, même dans le secteur du travail informel, et ne savent plus comment faire pour subvenir aux besoins élémentaires de leurs familles. L’activité principale des éducateurs et psychologues d’Inhijambia est d’aider leur population cible à gérer les traumatismes vécus, à les sensibiliser pour l’éducation à la paix, pour l’importance du dialogue comme seul moyen de résoudre pacifiquement les conflits en famille, à l’école, au travail et à niveau politique. Par des activités ludiques et des jeux de rôle, Inhijambia s’efforce de transmettre aux jeunes les outils pour pratiquer la tolérance et le respect des droits d’autrui. Inhijambia fait tout pour intégrer dans leurs activités les familles confrontées à cette situation d’injustice sociopolitique.

A côté de ces nouveaux défis, l’appui scolaire et les activités culturelles (musique, danse, travaux manuels), les prises en charge des jeunes en addiction et les activités agricoles à la Finca sont poursuivis. L’accès aux denrées alimentaires pour la population a été dramatiquement réduite, ce qui a conduit Inhijambia à utiliser les récoltes de l’exploitation agricole « Finca Yann Verdina », soutenue par Terres des Hommes, pour assurer des repas à ses bénéficiaires et à leurs familles et pour distribuer des paquets alimentaires dans les quartiers marginalisés de Managua.

Protection des données


La protection des données est un droit fondamental de l’Union Européenne. A partir du 25 mai 2018, un nouveau Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) a pour objectif de responsabiliser les sociétés au respect des libertés et des droits fondamentaux des personnes physiques, notamment de leur vie privée.

En faisant un don, vous consentez que les informations vous concernant (nom, prénom, adresse) et que nous recueillons à travers l’extrait bancaire, fassent l’objet de traitements destinés à Terre des Hommes Luxembourg asbl. Le but de ces traitements est de vous informer, par le biais de notre Newsletter semestriel, sur nos projets et actions, de vous inviter à des événements (Assemblée générale, Grillfest, …) et de vous faire parvenir une attestation concernant votre don pour bénéficier du droit d’exonération fiscale.

Dans le cadre de la gestion des dons et de la production de nos supports de communication vos données peuvent être transférées à des sous-traitants contraints de respecter notre politique de traitement des données personnelles. Vos données seront également communiquées à la famille ou une personne privée qui a mis en place une liste de donateurs lors d’un décès, d’une naissance, d’un mariage, d’un anniversaire ou autres. Abstraction faite de ce qui précède, vos données ne seront ni prêtées, ni louées, ni données, ni à fortiori vendues. Les données seront conservées 2 ans après votre dernier don. En cas d’une liste de donateurs lors d’un décès, d’une naissance, d’un mariage ou d’un anniversaire, vos données sont supprimées immédiatement après leur communication à qui de droit et l’envoi d’une attestation de don.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles ou d’une limitation de leur traitement. Dans les limites du nouveau Règlement Général sur la Protection des Données, vous pouvez vous opposer au traitement des données vous concernant et vous disposez du droit de retirer votre consentement à tout moment soit par téléphone au numéro: 621 499 201, soit par écrit à Terre des Hommes Luxembourg asbl, BP 63, L-5801 Hesperange soit par courriel à l’adresse e-mail: info@tdh.lu. Vous avez également la possibilité d’introduire une réclamation auprès de la CNPD (Commission Nationale de la Protection des Données), qui est l’autorité de contrôle au Luxembourg.

Read More
Terre des Hommes Luxembourg
Envoyer